{$impression.defaut.textAlt}

Vous êtes ici

Didier Olivré

Flux Rss
Module Addthis
{$temp.barre_outils.print.fr}
Diminuer la taille du texte Changer la taille du texte Agrandir la taille du texte


Didier Olivré

Le « In » et « Off » du film Indochine

 

« Le 18 juin 1991, Jean Pierre Lavoignat, directeur de la rédaction adjoint de Studio Magazine et moi prenons l’avion Roissy/Kuala Lumpur. Nous allons passer trois semaines sur le tournage du film Indochine de Régis Wargnier. Nous arrivons à Georges Town où seront tournées les scènes de la « maison d’Eliane ». Le photographe de Studio Magazine n’est pas le photographe de plateau. Chacun est sur le même lieu avec des rendus différents. Je rencontre Jean-Marie Leroy qui couvre toutes les scènes du film. Je cherche à faire le « In » et le « Off » du film. Suivre un tournage d’un grand film comme Indochine demande simplement à s’intégrer à une équipe de 60 personnes : les décorateurs, les éclairagistes, les machinos, les assistants caméra, maquilleurs, costumiers, le directeur de la photo et surtout le preneur de son, sans parler des plus importants, Régis Wargnier et les acteurs…. Le film est centré sur Catherine Deneuve et tout est organisé autour d’elle. Savoir sa place est important. Catherine Deneuve peut dire « cette scène, ce n’est pas la peine de la photographier ». En tant que photographe de Studio Magazine il est important d’organiser les prises de vues avec l’aval du réalisateur, du preneur de son, des acteurs… En tant que photographe, il faut remercier et féliciter François Cadoret, directeur de la photo du film. Il a « éclairé » Catherine Deneuve sur chaque scène et il était facile de travailler avec cette superbe mise en lumière. François et moi avons fait la même École Vaugirard/Lumière, à quelques années de décalage. Puis, il y a ces moments libres, le « off » et je photographie les moments forts de relations entre les acteurs et Régis, la préparation des éclairagistes, des assistants caméra, le directeur de la photo. Et je cherche les moments disponibles des acteurs pour des portraits. Une aventure à couvrir. »

Didier Olivré est né à Brest en 1959. Il rejoint l’École Louis Lumière à 19 ans, c’est là qu’il apprend à s’affranchir de l’appareil pour créer des images.
Suivent sept ans de photographie à Paris ; un an pour « Médias ». Après un grave accident, il vit six mois à New York pour se refonder. En 1988, il devient portraitiste pour Marie Claire, Marie France, Vogue, Studio Magazine et l’Opéra de Paris, où il fait le portrait de Jérôme Robbins.
Revenu en Bretagne, il décide de publier pour donner à voir son travail ; c'est le livre « Portraits de Bretagne ». Il produit régulièrement des portraits pour Le Monde. Il travaille huit ans pour Capgémini. Il va en Chine (projet « Regards Croisés ») et produit des « portraits de famille » et une série sur les ouvriers du port de Qingdao.
En 2011, il engage la production d’un cycle sur le portrait d’artiste avec le Quartz de Brest c’est Dañsfabrik (7e). En 2016, invité à la centrale nucléaire de Paluel, il répond en s’investissant comme un artiste en résidence. Le résultat est à la fois un portrait d’unité industrielle et un catalogue de portraitiste.

didierolivre.fr

Hôtel de Limur

31, rue Thiers

Horaires d’ouverture :
Du lundi au vendredi de 13h à 18h
Les week-end et jours fériés de 10h30 à 13h30 et de 14h30 à 18h.

RETROUVEZ NOUS SUR FacebookTwitter


ORGANISATION

Direction de l’événementiel - Pôle animation
02 97 01 62 30
contact.evenementiel@mairie-vannes.fr

VILLE DE VANNES

Place Maurice Marchais - BP 509
56019 Vannes Cedex